Un nuage de fumée gigantesque voile l'avenue. Alerte, Les badeaux s'entassent autour de la carcasse brulante. chinois, turques et polonais assistent ravis à l'extinction éclair des pompiers.  Les questions se posent, le mot " politique " se lit sur toutes les lèvres. La police débarque, en retard et excitée. Ils canalisent la ciculation du mieux qu'ils peuvent. Ils hurlent, insultent et râlent pour faire passer leur autorité. On se moquent d'eux. Un russe me fait le signe amusé qu'il se verrait bien dessiné en train de  baiser une policière. Je ris.








Le petit garçon cavale sous toutes les chaises, dans tous les sens, sous le regard pâle de la vieille chinoise. Il stoppe et fait bipper son jeu vidéo dans un coin. La vieille femme m'inspecte, grave.  Elle s'approche et s'énerve en chinois à la vue de mon dessin. Les serveuses amusées traduisent. " Pour elle, c'est un manque de respect de ne pas avoir demandé la permission avant d'être dessiné. Elle refuse d'être présente sur le dessin ". Les serveuses rient et s'en vont, moi je suis confu. La vieille se campe mécontente mais je sens qu'elle est captivée par la fulgurance de mon dessin en cours.
Je lui fais mes excuses, je sors le tippex de mon sac et efface sa tête.
Pas de sourire pour la vieille chinoise.
Retour à l'accueil