Paris - Guinée

Ca sonne comme gris comme ça sonne vert !

Je souris. Je ris aussi à l'idée de partir. Christophe Bataillon lui, assure. Il tranche et traverse les chemins administratifs qui mènent au paradis.  Nous allons être accueilli par Raph, un ami à lui qui habite là-bas. Je ne sais pas, je ne sais rien de là-bas, mais je sens une chose, c'est que ça va être beau, très beau.

Je me détache petit à petit des obligations de la ville pour reprendre gout à des plaisirs trop bizarrement oublié, je pense à prendre mon temps par exemple. C'est une valeur qui s'oublie vite, surtout en ces temps de frénésie énergéticomagnétique d'une vie à l'allure d'une course.

Mon voyage s'étalera sur une semaine et demie, le temps d'ouvrir les yeux.

Je rapporterai comme vous l'imaginez quelques croquis bien sentis, toujours avec le plaisir que mon regard s'affute et que mon dessin glisse.

Retour le 18 juin, le jour de la sortie de Taïga Rouge!





Retour à l'accueil